La vie devant-elle

Premier tirage presque épuisé...

Je passe mes journées dans une sorte de léthargie… seule face à moi-même, faire à manger, le ménage, repasser même prendre une douche me demande un effort surhumain… Je ne suis « bien » que dans ma chambre où je ressasse sans cesse mes souvenirs et cherche à comprendre ce mal de vivre qui m’envahit toute entière… Pourquoi les mots tel que « Bonheur » « Amour » ne se sont pas inscrits dans le grand livre de ma vie… Qu’ai-je à comprendre de tout cela ?

Je ne me sens plus la force de poursuivre … Mais puis-je partir ainsi ? Qui pourra comprendre ce qui m’a amené à cette mort prématurée, à cet abandon ? Ai-je le droit d’abandonner mes enfants ? Que peuvent-ils comprendre du cheminement de ma vie…de ce mal être qui me dévore tout entière…

Ma tête bouillonne, les souvenirs se mêlent… Il faut que je raconte… il faut que mes enfants sachent, il faut qu’ils comprennent comment dans ma propre histoire est venue s’inscrire la leur « Nous ne choisissons point. Notre destin choisit. Et la sagesse est de nous montrer dignes de son choix, quel qu'il soit » Nous montrer digne et accepter les choix de notre destin ? Difficile challenge lorsque la vie nous apparaît hostile ou vivre est devenu insupportable…

« Il faut sans cesse et sans cesse passer par toutes les étapes de la désillusion, se retrouver seul et toucher le fond de sa détresse. Choisir le difficile, l'impossible, la nuit, ce qui n'est pas dit... Ecrire est à ce prix… Vivre aussi »

 

Détails sur La vie devant-elle


Auteur : Christine Guillot
Date de parution : 2008-12-17
Format : 148X210 / 246 pages
ISBN :

Rupture Réimpression en cours...

Egalement dans Hors collection...


Elle aurait préféré être un garçon

Collectif d’auteurs

« Tant qu’il y aura des mots. »

« Son père et sa mère lui disaient seulement à chaque fois : «tourne sept fois ta langue dans ta bouche et tu verras que tu connais la réponse !».

Cri d'un obèse
L'obésité est un symptôme multifactoriel et donc source de confusions. Oui, l'alimentation a ...
Je voudrais être Lénine
Je vous invite à découvrir Martine Thouet à travers son récit, cette femme incroyable qui a eu l’audace et l’aplomb d’ouvrir le « Lénincafé » sur les terres d’Anjou.
Tous les livres de Hors collection

Nous vous conseillons également...


La seule chose à briser, c'est le silence

654 000 femmes déclaraient avoir été victimes de violences physiques en 2009 soit plus de 20 000 qu’en 2008. C’est ce qui avait conduit le Gouvernement de l’époque à proclamer la lutte contre les violences faites aux femmes « grande cause nationale » en 2010.

On ne dit pas... Mais qu'est-ce qu'on dit alors ?

Mais qu’est-ce que le politiquement correct ? Un ensemble d’expressions bourrées de périphrases sensées adoucir les expressions qui pourraient choquer le tout-venant mais surtout une immense hypocrisie appelant à la langue de bois et à la violence cachée sous la mollesse des mots.

Des intrus dans le jardin du Bey

Au début des années cinquante, un petit village paradisiaque, situé au cœur de l’Oranie, dort dans son écrin de verdure, loin du bruit et de la fureur du monde.
Une ligne rouge invisible partage le village entre les tenants de l’ordre colonial, jouissant de tous les privilèges et les indigènes.

Une petite indigène de sept ans, têtue, remuante...