Mourir dans son jardin

Neuropsychiatre, psychanalyste, mais aussi anthropologue, le Docteur GUILHOT s'est efforcé dans ses recherches, son enseignement universitaire et ses nombreux ouvrages d'associer étroitement pédagogie, psychothérapie, et sociothérapie dans la mouvance des sciences d'un développement humain intégral.
Et cela en tenant le plus grand compte des maladies des sociétés et des cultures, des idéologies et des doctrines partisanes, des religions et des sectes, mais aussi à l'inverse en prenant en compte les méthodes d'une formation plus globale et d'une libération plus radicale de la pensée et de la conscience à la lumière notamment des neurosciences et des sciences cognitives.
Dans ce contexte, il a développé un intérêt particulier pour l'étude des expériences exceptionnelles qui, au divers niveaux de la conscience alimentent les croyances et les adhésions passionnelles.
Soucieux aussi de prendre en compte l'ensemble des composants de la maturation personnelle et sociale, il s'est trouvé confronté à la complexité croissante de ces méthodes de synthèses éthiques et scientifiques, pédagogiques et thérapeutiques qui sont aujourd'hui indispensables pour approfondir et comprendre les grands problèmes de société actuels.
Parmi ces problèmes, le Docteur GUILHOT s'est laissé interpeller par les problèmes de fin de vie, les problèmes de l'auto délivrance assistée et de l'euthanasie d'exception, les problèmes des couples en mutations et des femmes en voie d'émancipation, les problèmes de libérations idéologiques et religieuses et enfin les problèmes de la laïcité démocratique et républicaine.
Dans le cadre de l'éducation populaire et de la formation d'une société civile qui se veut plus autonome et plus éclairée, plus responsable et plus solidaire, les engagements du Docteur GUILHOT ont cheminé d'un agnosticisme méthodique à un nouvel humanisme progressiste, résolument personnaliste, planétaire et promoteur de valeurs laïques libératrices et novatrices.
Un tel humanisme pouvant succéder à cette « religion de l'humanité » dont Auguste Comte avait espéré l'avènement ?
Tel est du moins l'espoir du Docteur GUILHOT. A l'âge de toutes les désillusions et de tous les désenchantements, de toutes les évasions et de toutes les régressions tout en assumant les doutes et les incertitudes qui émanent des fabuleuses percées des sciences, il espère découvrir dans un humanisme mobilisateur les sources d'un idéal commun et d'une mystique des valeurs partagées si nécessaires aux nouvelles générations en quête de nouvelles aspirations de nouvelles expériences et d'engagement plus efficaces.

 

Détails sur Mourir dans son jardin


Auteur : Jean Guilhot
Date de parution : 2005-01-01
Format : 148X210 / 320 pages
ISBN : 978-2-915640-06-8

En stock
Prix : 22.00 € - 5% = 20.90 €

Ajouter au panier

Egalement dans Hors collection...


La France a vocation à accueillir

Tout écrivain, tout artiste, est engagé, et depuis quelques années j’aime à rappeler cette réalité tout simple à savoir que les poètes écrivent « de leur vivant ».

Rien vu, rien entendu !

Bande Dessinée satirique sur l’inceste et la pédocriminalité.

Graphistes, scénaristes, coloristes, 30 intervenants se sont attelés à un travail REMARQUABLE !

Imaginez une révolte de moutons noirs décidés à décortiquer l’un des sujets les plus tabous de notre société : celui que personne ne veut ni voir, ni entendre : le viol des enfants.

Le retour à Bagdad
Le livre de Salah Al Hamdani "Le retour à Bagdad" carnet de voyage après 30 ans d'éxi...
Tous les livres de Hors collection

Nous vous conseillons également...


Prison Slam
style="font-family: 'Cambria','serif'; font-size: small;">Mais Prison Slam est unique dans son trajet.

Intemporel et là pour durer des saisons,

Le manager responsable

 

L’auteure s’est  longtemps plainte des travers et de l’incompétence de ses responsables. Elle ne compte plus les fois où elle a  quitté une institution en se félicitant de ne plus avoir à travailler sous les ordres d’un directeur trop autoritaire...

1983-2013 La longue marche pour l'égalité

Samedi 3 décembre 1983, ils arrivent à Paris accueillis par 100 000 personnes dans une ambiance de fête.
Ils ? Ce sont les marcheurs partis de Marseille le 15 octobre 1983 dans l’indifférence quasi-générale des politiques, des médias.