Les parias de Damas

Je suis de l’avis de cet exilé russe opposé à Staline, qui n’a eu cesse de le combattre et qui s’est consacré à la philosophie après sa mort : le pouvoir autoritaire doit être dénoncé avant sa disparition, sinon l’intellectuel engagé participe par son silence à sa reproduction sous une autre forme.

Haytham Manna

Haytham Manna aurait souhaité n’avoir jamais pour devoir le récit des parias de Damas. Les pouvoirs en place et son état d’urgence, contraint et permanent, en ont voulu autrement. Les mots lui ont été arrachés par nécessité, pour ne pas être coupable. Les Parias de Damas c’est le récit de sa vie, de son pays, la Syrie, de tous les exilés et des semis-citoyens torturés, emprisonnés, tués pour avoir voulu récupérer ce sur quoi l’oppresseur veut garder contrôle : la liberté.

Haytham Manna est Président de l’Institut Scandinave des droits de l’Homme, opposant syrien en exil depuis 1978. Principale figure de l’opposition laïque démocratique du progrès en Syrie. Il est l’auteur d’une cinquantaine de livre en arabe, en français et en anglais. Notamment The Short Universal Encyclopaedia of Human Rights, Daech : L’Etat de la barbarie, Violence et torture dans le monde arabe.

|

 

Détails sur Les parias de Damas


Auteur : Haytham Manna
Date de parution : 2017-01-18
Format : 14X21 / 204 pages
ISBN : 9782359302172

En stock
Prix : 15 €

Ajouter au panier

Nous vous conseillons également...


Le gouvernement des différences

Écrasés par le rouleau compresseur de la finance, de la compétition et de la performance à tous les étages de la société, nous avons besoin aujourd’hui d’inspirations et d’orientations nouvelles...

J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.

Le voile se lève

Devenir patiente alors que l’on est soi-même soignante, de surcroît avec des engagements forts, est une expérience empreinte de bon nombre d’interrogations.

Si la personne est restée la même, les rôles se sont inversés et le regard sur la fonction est dès lors perçu différemment.