Les parias de Damas

Je suis de l’avis de cet exilé russe opposé à Staline, qui n’a eu cesse de le combattre et qui s’est consacré à la philosophie après sa mort : le pouvoir autoritaire doit être dénoncé avant sa disparition, sinon l’intellectuel engagé participe par son silence à sa reproduction sous une autre forme.

Haytham Manna

Haytham Manna aurait souhaité n’avoir jamais pour devoir le récit des parias de Damas. Les pouvoirs en place et son état d’urgence, contraint et permanent, en ont voulu autrement. Les mots lui ont été arrachés par nécessité, pour ne pas être coupable. Les Parias de Damas c’est le récit de sa vie, de son pays, la Syrie, de tous les exilés et des semis-citoyens torturés, emprisonnés, tués pour avoir voulu récupérer ce sur quoi l’oppresseur veut garder contrôle : la liberté.

Haytham Manna est Président de l’Institut Scandinave des droits de l’Homme, opposant syrien en exil depuis 1978. Principale figure de l’opposition laïque démocratique du progrès en Syrie. Il est l’auteur d’une cinquantaine de livre en arabe, en français et en anglais. Notamment The Short Universal Encyclopaedia of Human Rights, Daech : L’Etat de la barbarie, Violence et torture dans le monde arabe.

|

 

Détails sur Les parias de Damas


Auteur : Haytham Manna
Date de parution : 2017-01-18
Format : 14X21 / 204 pages
ISBN : 9782359302172

En stock
Prix : 15 €

Ajouter au panier

Nous vous conseillons également...


Califat de Da'ech ou l'état de la Barbarie (Le)

Haytham Manna

Président de l’Institut scandinave des droits de l’homme, opposant syrien notoire en exil en France depuis 35 ans, il s’est toujours opposé avec force à toute intervention étrangère dans son pays et prône un règlement politique de la situation en Syrie.

Le guide du connard

Tout le monde à déjà croisé un connard un jour une fois dans sa vie, mais à l'inverse d'un con, le connard prend un malin plaisir à emmerder les personnes qui l'entourent.

Des intrus dans le jardin du Bey

Au début des années cinquante, un petit village paradisiaque, situé au cœur de l’Oranie, dort dans son écrin de verdure, loin du bruit et de la fureur du monde.
Une ligne rouge invisible partage le village entre les tenants de l’ordre colonial, jouissant de tous les privilèges et les indigènes.

Une petite indigène de sept ans, têtue, remuante...