Insoumission

"Faisant réponse au livre de M. Houellebecq dont il démonte, ingénieusement et un à un, les mécanismes échafaudés sur des préjugés et des visions erronées sur l’islam, « Insoumission » reste un roman développant une intrigue.

Écrit dans un style fluide et prenant, il a pour caractéristiques, en plus du volet philosophique, de  revisiter l’Histoire, l’art de la rhétorique, la lexicologie, l’étymologie dont les sens ont été tronqués, aujourd’hui.

Déracinant les présupposés, écorchant l’incompréhension, Ryna Monaca éradique au passage, dans une ouverture d’esprit incomparable, la haine de l’autre et le racisme.

C’est alors que son roman devient une véritable arme contre le préjugé dont elle sait suivre les méandres nauséabonds, montrant qu’à l’instar de la lèpre qui ronge les chairs, lui, détruit le mental."

|

 

Détails sur Insoumission


Auteur : Ryna Monaca
Date de parution : 2015-10-15
Format : 140x210 / 280 pages
ISBN : 9782359301281
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 18 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Point de rencontre - (Roman)...


La guerre des croûtons

Au secours, les vieux de la vieille sont de retour !

A l’ombre du Führer - Panique à la banque T2

 L’histoire retiendra que le XXIe siècle aura été marqué par deux événements fondateurs : les attentats du 11-Septembre et la chute de Lehman Brothers.

Trois ans après la chute de Lehman Brothers, revoici Gauthier de Montpazier et Venugo.

Panique à la banque - La chute de la maison Lehman
12 septembre 2008, nous sommes à la veille d’un des plus graves cataclysmes financiers de l’histoire moderne.

Nous vous conseillons également...


L'audacieuse aventure de Relais-Jeunes
Elle aurait préféré être un garçon

Collectif d’auteurs

« Tant qu’il y aura des mots. »

« Son père et sa mère lui disaient seulement à chaque fois : «tourne sept fois ta langue dans ta bouche et tu verras que tu connais la réponse !».

La seule chose à briser, c'est le silence

654 000 femmes déclaraient avoir été victimes de violences physiques en 2009 soit plus de 20 000 qu’en 2008. C’est ce qui avait conduit le Gouvernement de l’époque à proclamer la lutte contre les violences faites aux femmes « grande cause nationale » en 2010.