La seule chose à briser, c'est le silence

couv la seule chose à briser c'est le silence .jpg654 000 femmes déclaraient avoir été victimes de violences physiques en 2009 soit plus de 20 000 qu’en 2008. C’est ce qui avait conduit le Gouvernement de l’époque à proclamer la lutte contre les violences faites aux femmes « grande cause nationale » en 2010.

La loi du 9 juillet 2010 institue donc le 25 novembre comme « journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes ». Malgré ses initiatives, la parole peine à se libérer. Les femmes mal informées, mal accompagnées ne portent que rarement plainte (seules 16% d'entre elles). En 2013, 129 femmes  étaient  tuées par leurs conjoints ou ex-compagnons et 33 enfants sont morts. Des chiffres qui font froid dans le dos.  

Derrière ces chiffres se cachent des histoires tragiques.

Une quinzaine d’auteurs ont donc relevé le défi d’ « humaniser » ces victimes en imaginant une fiction autour de ce thème difficile des violences faites aux femmes : Harcèlement moral, sexuel, viol, insultes, coups.

Fatima Ait Bounoua, Iman Bassalah, Chloé Juhel, Manon L'hostis, Marion McGuinness, Nadia Henni-Moulaï, Karima Peyronie, Rachid Santaki, Marlène Schiappa, Nadia Sweeny, Mabrouk Rachedi, Erwan Ruty, Djeffa Tisserand, Raphal Yem.

Les droits d'auteur seront reversés à l’association du "Côté des femmes".


|

 

Détails sur La seule chose à briser, c'est le silence


Auteur : Nadia Hathroubi-Safsaf
Date de parution : 2015-03-01
Format : 140X210 / 160 pages
ISBN : 978.2.35930.121.2
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 14.9 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Mise au point - (Essais)...


Sortir des extrêmes

Dans la continuité de ses nombreux travaux et ouvrages, l’auteur nous propose ici une étude s’inscrivant dans la suite logique de son livre sur le juste milieu et paru déjà aux éditions Albouraq. La perspective nous situe entre deux tendances extrémistes, quoiqu’opposées, mais qui l’une comme

Le manager responsable

 

L’auteure s’est  longtemps plainte des travers et de l’incompétence de ses responsables. Elle ne compte plus les fois où elle a  quitté une institution en se félicitant de ne plus avoir à travailler sous les ordres d’un directeur trop autoritaire...

J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.

Tous les livres de Collection - Mise au point - (Essais)

Nous vous conseillons également...


Mes saisons sèches

Ecrit d’une traite, ce livre n’est pas une confession qui espère une absolution. Il s’agit du récit d’une délivrance réussie d’un mal-être persistant comme une gangue envahissante.

C’est aussi sur un plan plus intérieur, le récit du combat singulier d’une femme contre ses peurs, ses démons et ses illusions.

Fusillés par la Patrie
Immigration Intégration, un malaise persistant

Plus que jamais, la question de l’immigration et de l’intégration suscite un profond malaise dans la société française.