François le Champi de Geroges Sand. Le parti-pris des humbles

Après avoir été dénigrée, parce que scandaleuse, de son vivant, George Sand est aujourd’hui souvent considérée comme un écrivain mineur, mettant en scène des paysans idéalisés et une vision idyllique, donc réactionnaire, du travail de la terre. François le Champi fait précisément partie de ses romans champêtres, honnis par une certaine intelligentsia « de gauche », qui dénie à leur auteur ce qu’on lui reconnaissait de son temps et pour quoi on la dénigrait alors : une réflexion sociale révolutionnaire. Pourtant, ce conte, dont l’écriture cherche à s’inscrire dans une tradition rurale, en opposition à la culture citadine, est le fruit et la manifestation d’une réflexion critique sur le dédain dans lequel est maintenue la culture populaire. Cette réflexion accompagne l’évocation de grands thèmes sociaux, qui traversent toute l’œuvre de G. Sand : la misère sociale, incarnée par le champi et sa mère adoptive, la condition féminine et la servitude des femmes dans le mariage, avec le couple formé par Madeleine et son mari, le regard de la société sur les amours transgressives, au travers du second couple qui se forme à la fin du roman, celui de Madeleine et du champi devenu adulte, de treize ans son cadet. C’est peut-être précisément le dédain dont fait l’objet ce roman de G. S. (comme les autres de la même) qui est le signe de son actualité : par sa forme comme par son fond, il nous invite à repenser certains de nos positionnements et de nos évidences, même et surtout peut-être ceux qui se targuent d’être « révolutionnaires », et c’est dans cette perspective qu’on l’abordera.

 

Détails sur François le Champi de Geroges Sand. Le parti-pris des humbles


Auteur : Létitia Mouze
Date de parution : 2014-10-15
Format : 140X210 / 234 pages
ISBN : 9782359301151

En stock
Prix : 12 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Héritage littéraire...


Les illuminations - La réussite Rimbaud

« Pour comprendre Rimbaud, lisons Rimbaud ». Cette phrase d’Yves Bonnefoy nous donne la seule clé véritable pour atteindre et peut-être rejoindre ce qui fut la plus éblouissante et la plus définitive de toutes les aventures littéraires.

Le dernier jour d'un condamné à mort

L’histoire se passe dans les grandes prisons de Paris : Bicêtre, la Conciergerie et l’Hôtel de Ville. Elle dure cinq semaines,

Tous les livres de Collection - Héritage littéraire

Nous vous conseillons également...


T'es Gonflée !
Paul Vaillant Couturier
Soixante-dix ans après sa mort nous devrions mesurer davantage, notamment dans le domaine culturel ...
Du Nil au Canal de l'Ourcq
De son enfance ensoleillée dans les rues du Caire à l'hiver rigoureux de Genève. Du confortable...