J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.

Tous les nantis, les possédants, les rentiers continuent de voir leurs capitaux et leurs patrimoines augmenter, et pourtant ils ne cessent de se plaindre; dès qu'il est question de toucher à une once de leurs intérêts ils montent au créneau avec l'aide de tous ces réseaux institutionnels, économiques et médiatiques qui leur sont inféodés.

Les jérémiades de tous ces gens fortunés, dont la plupart n'ont pris que la peine de naître, ont donc fini par très sérieusement m'échauffer les oreilles. Car au-delà même du fait qu'elles sont indécentes, elles procèdent aussi d'une insidieuse volonté de présenter la catégorie des gens riches comme une classe supérieure qu'on ne doit pas empêcher de prospérer. Et le pire c'est que ça marche ! Beaucoup de pauvres trouvent tout à fait normal qu'il y ait des gens qui s'enrichissent sur leur dos. Et se trompent d'adversaire social. Voilà pourquoi j'aime pas les riches !

Non seulement parce que les riches ne méritent pas d'être aimés tant leurs comportements égoïstes et méprisants font fi de la société toute entière, mais aussi parce qu'eux-mêmes n'ont aucune légitimité à provoquer une quelconque fascination ou un quelconque sentiment positif.

Et ce livre le prouve!

|

 

Détails sur J'aime pas les riches


Auteur : Christian Grégoire
Date de parution : 2014-10-15
Format : 140X210 / 136 pages
ISBN : 978.2.35930.137.3
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 12 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Mise au point - (Essais)...


Mélenchon, le seul ? Lettre ouverte au peuple de gauche
Immigration : lettre ouverte aux humanistes en général et aux socialistes en particulier
Dans cette lettre ouverte aux humanistes et aux socialistes, Pierre Henry se livre à un plaidoyer p...
8 Mars - Cent ans de luttes... Et même un peu plus !
La journée de la Femme célébrée le 8 mars a été initiée lors d’une réunion de l’Internationale socialiste en 1910, plus exactement lors de la Conférence des femmes qui avait lieu tous les deux ans en marge du congrès de l’Internationale socialiste depuis la fin du XIXème siècle.
Tous les livres de Collection - Mise au point - (Essais)

Nous vous conseillons également...


Elle aurait préféré être un garçon

Collectif d’auteurs

« Tant qu’il y aura des mots. »

« Son père et sa mère lui disaient seulement à chaque fois : «tourne sept fois ta langue dans ta bouche et tu verras que tu connais la réponse !».

Le plus vieux métier du monde ?

Il n’est pas un sujet qui soit plus porteur de clichés, de stéréotypes et de complaisance que la prostitution.

N'est pas Macho qui veut !

Comment s’exprime le machisme ? Dans le quotidien,à la maison, au travail, dans la rue, à l’école, dans l’intimité, dans la presse ?

Telles sont les idées qui foisonnent dans ce livre où se côtoient des situations qui dénoncent le côté machiste avec des illustrations qui enfoncent le clou pour mieux frapper là où ça fait mal…