Derniers jours calmes à Palikao

Cinquante ans après l’indépendance de leur pays, les Algériens par pudeur, évoquent la colonisation et la guerre de libération avec beaucoup de réticence.

Ce passé douloureux, maintenu longtemps sous le boisseau, ressort par bribes et s’impose en souvenirs parasites qu’il faut montrer sans fards et dénoncer sans haine.

Zohra MAHI a ouvert  la porte condamnée de la mémoire et permet  à un torrent de mots de révéler ce qui avait été retenu derrière la digue de la décence car admettre que l’on a souffert c’est donner une satisfaction supplémentaire au bourreau. Le résultat, c’est un témoignage brut de faits et de vies durant la longue nuit de l’occupation de son pays à un moment capital : Celui durant lequel l’agitation désordonnée et stérile était en voie de canalisation  pour une révolte  générale, unifiée et salutaire, que  rien ne pourra plus arrêter.

Cette histoire qu’elle a porté en elle durant des années, a jailli  presqu’à son corps  défendant comme la parole de ceux qui n’eurent pas droit à l’expression.

 

Détails sur Derniers jours calmes à Palikao


Auteur : Zohra Mahi
Date de parution : 2011-12-16
Format : 148X210 / 250 pages
ISBN : 1978-2-35930-052-9
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 16.9 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Un autre regard - (Récits)...


Libres-Insoumises et audacieuses
Les 3 Grâces

Trois vies, trois destins que raconte avec sa plume, incisive comme un scalpel, Zohra MAHI mais avec à chaque fois une pointe de compassion et de tendresse pour ses héroïnes.

Tomorrow England
Pierre Henry, Directeur Général de France Terre d'Asile nous donne son accord pour la préface du ...
Tous les livres de Collection - Un autre regard - (Récits)

Nous vous conseillons également...


Fusillés par la Patrie
Musique, mon amour...
En janvier 2009, quand Véronique Sauger doit subitement arrêter la pratique instrumentale de la musique, rendue inapte par une succession d'écueils de santé, elle accuse le coup...
François le Champi de Geroges Sand. Le parti-pris des humbles

 

Après avoir été dénigrée, parce que scandaleuse, de son vivant, George Sand est aujourd’hui souvent considérée comme un écrivain mineur, mettant en scène des paysans idéalisés et une vision idyllique, donc réactionnaire, du travail de la terre.