L'Ardèche brûle à torrents

J’ai découvert l’Ardèche en 1967, à Ribes, un petit village perché près de Joyeuses, puis acheté une petite maison à Lamothe, hameau de Barnas dans le Haut-Vivarais en 1972. Je fis la connaissance de Jean Ferrat qui accepta en 1988 d’écrire une préface pour mon livre «L’Ardèche brûle à torrents».

J’ai appris à aimer ce pays, sa rude promesse de l’effort, son enracinement au Languedoc, à l’histoire des mains des hommes. J’ai mesuré au contact des villageois d’Antraigues, de Burzet, Thueyts, Barnas, Mayres, que mes poèmes restituaient quelque chose de l’âme ardéchoise, des potiers, des menuisiers, des agriculteurs… dont beaucoup sont morts aujourd’hui.

J’ai consacré à leur mémoire deux autres livres : Les Messes bleues ardéchoises et L’Averse rousse et l’an passé un roman un peu à la Giono, Coquelicot, Pépé et la guerre d’Espagne.

Depuis, d’autres textes sont nés, ébauchés voici près de quarante ans en ce pays qui me donna alors l’asile poétique.

A Lamothe dans la haute vallée qui dégringole des plateaux, j’ai jeté l’encre (l’ancre) dans une vieille maison au bord du torrent Abraham. Je vaque ainsi à la vie entre Paris que j’aime et ma passion des ronces, des airelles et des bruyères indispensables aux abeilles. «L’Ardoise des jours» ajoute quelques trouvailles dont la seule pudeur est de partager avec autrui de la beauté, du sens, une certaine idée de l’homme, de la terre.

Le monde apparaît à la pointe du jour sur les monts avec son cortège d’ignominies, de blessures, d’espérance tragique certes mais le poète demeure un passeur de mémoires, de mots sur les maux, de doigts sur les mamelons des montagnes mauves.

Le poète a besoin de nature et d’urbain, de silence et de bruit, de voix et de chants d’oiseaux. Il puise dans l’étonnement des paysages citadins (mais il suffit de quelques maisons de pierre qui se serrent les épaules sous les tuiles rouges ou les lauzes) ou sauvages, des petites musiques inédites qu’il dresse sur des portées imaginaires avec des mots sonnants, tournés en mélodies ou mélopées...

Patrick Pérez Sécheret

 

Détails sur L'Ardèche brûle à torrents


Auteur : Patrick Pérez Sécheret
Date de parution : 2010-12-01
Format : 148X210 / 160 pages
ISBN : 978-2-35930-032-1

Rupture définitive

Egalement dans Collection - Les mots passants - (Poésie)...


F...âmes
Recueil des plus beaux poèmes d'amour et les biographies des auteurs. Textes choisis et présent
Musardises pour Georges

 

Depuis que Georges Brassens nous a quitté voilà une trentaine d'années, et ça fait un bon bout de temps, de souvenance, il ne cesse de musarder dans son jardin des délices poétiques tout autant que chansonniers.

Les vers à pieds
Tous les livres de Collection - Les mots passants - (Poésie)

Nous vous conseillons également...


Sarkozy, la grande manipulation
Mais bon sang ! Comment a-t-on pu en arriver là ? Nicolas Sarkozy a bâti toute son ascension, du m...
L'aube était radieuse
Le 5 juillet 1962, la guerre d’Algérie se terminait et le peuple Algérien prenait son envol pour une place dans le concert des nations.

Mais cette quête n’est pas facile car il ne suffit pas d’une indépendance, même chèrement acquise, pour mener à bon port un peuple et un pays. Il y a même une incompatibilité à sortir d’une guerre

Méfiez-vous de Mattei ! Diplomatie, énergie et souveraineté en Tunisie (1956-1962)

L'Eni, ce mastodonte de l'économie italienne, a permis au pays de passer d'une économie agraire au statut de nation industrielle respectée de ses pairs et appréciée du Tiers-Monde et des pays orientaux en raison de la politique anticolonialiste et des conceptions égalitaires de son président.