Liliane Gabel

Issue d’un milieu évangélique Liliane Gabel naît en 1951, à Bruxelles, qu'’elle visitera plus qu’'elle n’y demeurera. Emmenée, comme ses frères et sœur, dans les multiples mutations et voyages de ses parents, elle s’enrichit de cultures différentes, notamment au cours de séjours en Afrique, au Congo (qui lui inspirera un premier roman non édité) et au Tchad, où elle passe son bac. Elle s’approprie les valeurs inculquées par ses parents et épouse un pasteur en première noce. Son deuxième époux va l’entraîner dans la région parisienne où elle n’a rien renié de sa passion pour l'’écriture. Envie d’écrire, rêve d’en vivre, stylo et carnet toujours à portée de main, elle concrétise enfin son projet, à la sortie de son premier livre « La tr@versée du désir… de quoi je me m@il? », puis du deuxième « Si l'’exclusion m’était contée », aux éditions Les points sur les i. Engagée au début des années 90 dans Fonction publique territoriale, où elle exerce la tâche d’animatrice en centre de loisirs, elle s’investit dès l’'an 2000 en faveur des plus démunis au sein de Samu social de Paris où elle travaille trois ans et demi sous CDD. La fin du contrat l'’entraîne dans une longue période de chômage au cours duquel elle redécouvre son autre passion, l’art plastique. Elle expose régulièrement depuis. Á l’arrivée des tentes sur le canal St Martin, le point final vient d’être posé au deuxième ouvrage. L’investissement de Liliane Gabel dans le mouvement des Don Quichotte s’est poursuivi ensuite par la visite aux ex résidents du « campement » qu'’elle suit fidèlement, aller retour entre l’immeuble St Jacques prêté par l’Etat, et le Village de l’espoir d’Ivry/Seine.

Retour au catalogue

 

Les livres de Liliane Gabel


Les coulisses du village de l'espoir
Comme dans le précédent ouvrage de Liliane Gabel "Si l'exclusion m'était contée", celui-c...
Si l'exclusion m'était contée
Refuser la situation inhumaine que vivent certains d'entre nous, « les » sans domicile ...