Véronique Sauger

4157_1163876898347_1270600126_444876_7846644_n.jpg

Musicienne - elle étudie le violoncelle mais aussi la comédie, joue dans la rue, fait une visite éclair au Conservatoire, décroche un prix de solfège spécialisé, un prix d’analyse, un prix de contrebasse et sans même attendre, intègre les rangs de l'Orchestre philharmonique de Radio France - Véronique SAUGER est aussi romancière et conteuse (ou doit-on dire lectrice, diseuse...).

Après une formation au documentaire et à l’écriture radiophonique, elle produit sur France Musique deux émissions depuis 2005 : les « Contes du jour et de la nuit » en interaction avec les musiciens et les écrits des auditeurs, ateliers d’écriture, écoles..., et « Laissez-vous conter », portraits musicaux d’artistes. Véronique SAUGER prodigue deux passions : la musique et les mots. Elle a inventé une manière de « dire en musique » les Contes du jour et de la nuit comme on lit la poésie.

Classique ? Totalement neuf. Sa voix est son instrument ; dans une diction très personnelle, elle module, scande, mixe avec bonheur différents répertoires : conte, improvisation, concert et poésie, avec des musiques éclectiques baroques, classiques, jazz, traditionnelles, contemporaines, électroacoustiques, originales ou enregistrées qui interviennent non pas « sous » mais « avec et entre » les mots, expliquant les silences... les métaphores... les mystères.

Véronique SAUGER est également intervenante à l’INA pour un cursus de formation à l’écriture audiovisuelle en corrélation avec la création musicale électronique et reprendra cette formation au Maroc à la Faculté pluridisciplinaire de Ouarzazate.

Photo Copyright France Musique

Site internet : http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/contes/emission.php?e_id=11

Retour au catalogue

 

Les livres de Véronique Sauger


Portraits croisés - Francesca Solleville - Allain Leprest
Parmi les artistes que compte la musique française, Francesca Solleville et Allain Leprest sont certainement des plus remarquables. Ils se dressent dans le paysage de la chanson comme des « monstres » sacrés portant le flambeau de la Liberté, et des mots.
Elle aurait préféré être un garçon

Collectif d’auteurs

« Tant qu’il y aura des mots. »

« Son père et sa mère lui disaient seulement à chaque fois : «tourne sept fois ta langue dans ta bouche et tu verras que tu connais la réponse !».

Musique, mon amour...
En janvier 2009, quand Véronique Sauger doit subitement arrêter la pratique instrumentale de la musique, rendue inapte par une succession d'écueils de santé, elle accuse le coup...