Catalogue - Collection - Point Phi - Livres philosophiques


Penser le sensible Tome 1 – La génération

            Cet ouvrage fait partie d’un ensemble d’études consacrées au concept de transparence dans les sciences et la philosophie classiques (XVIIe-XVIIIe s.). En s’appuyant sur ce concept, l’auteur essaie de montrer, à la suite d’Alexandre Koyré, que, loin d’être née dans une opposition à la métaphysique, la science classique a, au contraire, pris racines en son sein.

Lignes d'univers

Au travers d’un questionnement renouvelé sur ce que signifie la ville aujourd’hui, le dialogue d’une philosophe et d’un physicien met en lumière des correspondances entre trajectoires et récits, science et fiction.

L’homme face à la mort de Dieu

Les dégâts causés par l'usage abusif et irresponsable que l'homme fait de la nature et la dépression collective qui habite notre société appellent avec force à reformuler certaines questions de fond qui doivent retentir au cœur de chaque conscience : l'homme peut-il se passer de Dieu ?

 

Nos dernières parutions


Ce que je crois

Ses photos furent interdites, les voilà obligatoires. Elles trônent, officielles, alors que ceux qui les distribuaient risquaient la prison.

Aoun est revenu ! Il ne s’agit plus de lettres griffonnées à la va-vite sur les murs d'un pays d'où il fut exilé. Le voici Président, de retour au même palais d'où on le forçat à partir il y a 26 ans. Il avait perdu une bataille, aujourd’hui il gagne la guerre...

Esclaves aux Trois-Rivières

Au XVIIIe siècle, plusieurs révoltes secouent les Antilles. L'une des plus dévastatrices, fomentée par un groupe de forçats, éclate une nuit de l'an 1713. Blancs et Noirs s'affrontent : le massacre des Trois-Rivières, en Guadeloupe, est féroce.

Penser le sensible Tome 1 – La génération

            Cet ouvrage fait partie d’un ensemble d’études consacrées au concept de transparence dans les sciences et la philosophie classiques (XVIIe-XVIIIe s.). En s’appuyant sur ce concept, l’auteur essaie de montrer, à la suite d’Alexandre Koyré, que, loin d’être née dans une opposition à la métaphysique, la science classique a, au contraire, pris racines en son sein.